Comment choisir un bon courtier ?

Comment choisir un bon courtier ?

Depuis que la nouvelle court qu’il est très intéressant d’investir en Espagne et que l’on vend de nouveau massivement à des étrangers, les agences immobilières poussent comme des champignons. Contrairement à la régulation en Belgique, un vendeur d’immobilier ne doit pas avoir de licence en Espagne. La seule province (parmi les 17 provinces autonomes) qui dispose d’une règlementation limitée est la Catalogne.
La conséquence est que tout le monde, du café local jusqu’à une boutique quelconque, vend des biens immobiliers ou connaît quelqu’un chez qui vous pouvez en acheter.

Méfiez-vous de ces marchands, car ils n’ont le plus souvent aucune connaissance du métier, ni d’assurance responsabilité, ni de compte à affectation spéciale d’ailleurs.

Ils n’ont même pas de bureau. Après l’achat, il n’y a aucun moyen de les retrouver et encore moins d’invoquer leur responsabilité.

Alors, avec qui pouvez-vous faire des affaires sans soucis?

Bien sûr, avec les agences belges qui sont (obligatoirement) membres de l’IPI (Institut professionnel des agents immobiliers).

Elles sont suffisamment assurées, elles disposent d’un compte à affectation spéciale et doivent respecter la régulation belge en matière des activités immobilières.

En cas de faute, elles peuvent être tenues responsables et courent le risque de perdre leur licence si leur comportement manque de professionnalisme.

Vérifiez donc si votre courtier :
Est membre de l’IPI. En Belgique, demandez son numéro IPI.
Est membre de l’IPI. S’agit-il d’un courtier occasionnel en Espagne ? Demandez son numéro IPI.

Qu’est-ce qu’un courtier occasionnel ? C’est un courtier étranger qui est sous la supervision de l’IPI et qui peut de temps en temps organiser des activités en Belgique. De tels courtiers ont une assurance minimale pour leurs activités en Belgique ainsi qu’un compte à affectation spéciale.